Assurances transports

Peut-on assurer un vélo de course ?

vélo

Chaque année, plus de cinq cent mille deux-roues sont volés. Si l’on a son vélo qui par mésaventure fait partie de cet effectif de vélos volés, il n’est pas évident de se faire indemniser. A contrario, les dommages que l’on peut causer à autrui sont pris en compte par la responsabilité civile. Une question se pose donc : faut-il souscrire une assurance de vélo contre le vol ou encore d’éventuels chocs sur la route ? Éléments de réponse ici !

L’assurance vélo : une nécessité facultative ?

Selon les dispositions légales en vigueur, « tout dommage causé à autrui doit être indemnisé ». C’est dans cette optique que l’on peut bénéficier d’une Assurance Multirisque Habitation, même lorsque l’on circule à vélo puisque ce type de moyen de déplacement n’a pas à être obligatoirement assuré. De plus, le contrat multirisque habitation protège aussi le vélo qu’on utilise à condition que le deux-roues soit présent chez soi. Cependant, en dehors du domicile, au regard des pertes de vélos chaque année et des risques de cassures en cas de chute, l’on ne peut qu’être amené à assurer son vélo.

Quel avantage à assurer son vélo ?

L’assurance vélo protège celui qui y souscrit en cas d’agression qui débouche sur le vol ou à la dégradation du vélo. Il est clair qu’en cas de chute ou de collision avec un véhicule, l’assureur peut choisir de remplacer le vélo ou bien de procéder à sa réparation selon l’ampleur des dégâts. La majorité des contrats d’assurance vélo réduit la couverture à un délit de vol commis dans la journée entre sept et vingt-et-une heures. Si le vélo est subtilisé un mois suite à son achat, son propriétaire est obligé d’attendre onze mois avant d’avoir la possibilité d’assurer son nouveau deux-roues, vu que le dédommagement ne prend en compte qu’un seul vol par an.

L’autre volet concerne l’assurance pour le mois ‘dissuasive’, où le vélo doit être acheté neuf et assuré dans un intervalle d’au moins quarante-cinq jours après son achat. Il est à retenir que le vélo doit recevoir une marque et être enregistré auprès d’une association en charge de cette formalité. En clair, un contrat d’assurance vélo implique quelques mesures coercitives, mais selon l’utilisation qu’on en fait, l’assurer reste la solution la plus convenable pour prévenir tout incident.

L’assurance vélo est-elle obligatoire ?

Bien qu’il n’existe pas de réglementation spécifique concernant l’assurance vélo, il serait à votre avantage d’y souscrire. La réponse à la question en sous-titre est donc non, mais elle est nécessaire. En effet, il suffit de prendre en compte, les dispositions définies par les assureurs et qui réduisent de façon considérable les chances d’être dédommagé pour s’en faire une idée. Il faut dire aussi qu’une assurance spéciale complémentaire doit donc être souscrite afin d’assurer son vélo quelles que soient les circonstances.

De manière objective et pour que l’assureur vous dédommage en cas de vol, le vélo doit être attaché à un dispositif fixe grâce à un antivol efficace. Ce procédé n’est souvent pas très facile à respecter. La majorité des assureurs recommandent un antivol qui bloque les deux roues du vélo. Dans ce cas, c’est déjà moins facile à trouver, mais aussi à faire déplacer.